Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 22:45
   Non contente d'être l'une des héroïnes de la discographie des Beatles à l'heure où l'intégrale du plus grand groupe de tous les temps ressort en version remasterisée, Lucy in ze sky, qui donna son nom à un squelette célèbre, sous une autre orthographe est aussi une héroïne nancéienne. Nous allons étudier tout ça dans cet article.

   Nous sommes en 1967, Julian Lennon, le fils de John des Beatles rentre de l'école brandissant un dessin quelque peu psychédélique où il explique à ses parents qu'il s'agit de Lucy (une de ses camarades de classe) dans le ciel averc des diamants (en anglais : Lucy in the sky with diamonds). Il n'en fallut pas plus à John pour lui inspirer une chanson qui figurera dans l'album Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band. La chanson défrayera la chronique en 1967 puisque ses initiales forment L.S.D. A la même époque, Paul Mc Cartney (qui n'est pas l'auteur de la chanson) avouera que le LSD est bien sa tasse de thé du moment. John a toujours soutenu que cette histoire d'initiales était une simple coïncidence. D'ailleurs la fameuse Lucy, Lucy O' Donnell pour être plus précis, copine d'avant de Jullian existe bien, elle a 46 ans, et a été interviewée un bon nombre de fois sur le sujet et habite toujours dans le Surrey (banlieue de Londres) où elle est enseignante. Bien des années après le succès de la chanson, Albert Algoud, dans l'émission "Nulle Part Ailleurs" fit une parodie de la chanson en François François son personnage fétiche,  androgyne et dérisoire, chantant "Lucien dans le Sky avec des diamants" !


http://img64.imageshack.us/img64/1093/lucy02.jpg
            Lucy in the sky


   Pour l'annecdote, sachez que la plus vieille femme connue du monde, le squelette Lucy a été nommée ainsi parce que lors de sa découverte par les équipe de Yves Coppens (en 1973) la chanson passait souvent sur les ondes ! Sauf qu'il s'agissait à l'époque de la version duo entre John Lennon et Elton John. Le duo aurait d'ailleurs pu s'appeller Elton John Lennon...


   Loin d'être un squelette, bien que très fluette, Lussi in the sky est aussi chanteuse à voix de cristal (que dis-je, de diamant) de MyPollux, formation nanceienne de pop rock survitaminé. Je ne saurais trop vous conseiller d'aller les voir scène où Lussi in the sky telle une Jennifer Ayache de Superbus y campe une libellule gesticulant élégamment dans un petit short rouge semblant donner naissance à d'interminables de jambes fuselées enfilées délicatement dans de fins bas résilles. Les 4 membres de MyPollux vont sûrement sauter au plafond si un jour ils apprennent qu'on je les compare à Superbus car chez MyPollux on est loin de la pop bubble gum aux mélodies faciles et effets tape-à-l'oeil. Chez MyPollux, on évite les clichés vus et revus par des mélodies subtiles, finement ciselées au milieux de guitares saturées, contre temps et envolées lyriques dans des morceaux aux titres métaphoriques. MyPollux sur scène, c'est une tuerie.


      http://img594.imageshack.us/img594/4281/lussi.jpg


                   Lucy            Lussi in the sky


   Mais la belle dont le visage aux traits épurés est encadré d'une coupe au carré long, frange, outre ses interventions aux côtés d'Anaïs en temps que choriste guitariste, a également commencé à se consacrer à une carrière solo cultivant davantage le mystère autour de son personnage enigmatique. On peu d'ailleurs admirer sur la toile le clip de son 1er titre solo "Super Héro" à la réalisation très soignée. Lussi in the sky, en duo avec un certain Benja à la batterie, est actuellement en tournée dans toute la France.


   En groupe ou en solo, Lussi in the sky semble jouer un personnage mystérieux et inaccessible, communiquant avec le public toujours en prenant la précaution d'entretenir une barrière suscitant justement l'intérêt des spectateurs et préparant le terrain en vue de devenir une grande qu'elle est peut être déjà aux yeux de certains, de plus en plus nombreux, et  parmi lesquels votre serviteur figure en place de choix.
Partager cet article
Repost0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 13:32
   Une fois n'est pas coutume, la vedette du jour est une nonne ! Mais une nonne pas tout à fait comme les autres puisqu'elle a une particularité tout à fait étonnante. Premier indice :

 
                  Anna Nobili à la grande époque
   Anna Nobili de nos jours


   Anna Nobili donc, (puisque c'est son nom) originaire de Milan est une ancienne lap-danseuse(*) ayant sévit dans les clubs de striptease italiens et européens jusqu'à l'âge de 38 ans où, visitant le sanctuaire de Saint François d'Assise (à Assise), elle a une illumination. Désormais, elle se retirerait dans les ordres...

   Anna Nobili rejoint donc l'ordre des Soeurs Travailleuses de la Maison Sacrée de Nazareth. Se retirer et abandonner son métier de danseuse ? Non, c'est mal la connaître car Anna, bien qu'ayant changé ses pas et tenues de danse, continue à exercer cette activitée, mais avec une conotation plus mystique...

   Anna nobili, en effet, propose désormais un spectacle de danse sacrée, illustrant par des chorégraphies des passages de la Bible, et qui a été donné la semaine dernière à Rome devant évêques et cardinaux (Y manquait plus que Ben 16).

   Anna Nobili danse donc toujours pour des hommes, mais des hommes beaucoup plus prudes (dumoins en apparence, car tous les hommes sont des cochons, c'est bien connu(**)) !



(*) Le lap-dance, vous savez, ce sont les strop teaseuses qui invitent des mâles dans la salle à venir danser sur scène avec elles et les pelotter.
(**) Souvenez-vous de l'évêque Cauchon !!!


          Nous avions la Nonne Chantante, nous avons maintenant la Nonne Dansante.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 13:53
   Le gens (tous domaines d'activité confondus) rivalisent d'imagination pour créer le buzz pour qu'on parle d'eux et éventuellement faire passer leur message (certains d'ailleurs à l'instar de Mickael Vendetta (*) n'ont pas de message !).

   Tenez, par exemple, en période de crise nous avons les nouveaux pauvres tels que le perchiste Romain Mesnil, qui, dépourvu actuellement de tout sponsor n'a même plus assez d'argent pour se saper ! Il fait d'ailleurs état de cet état dans une vidéo qui circule sur internet et où on le voit exercer son art, dans les rues de Paris dans le plus simple appareil. Son message est clair : "Je cherche un sponsor, bordel !"

    Son contrat avec Nike n'ayant pas été renouvelé, on pourra dire avec beaucoup d'humour et de finesse qu'il s'est bien fait Niker par la célèbre marque dont le nom et le logo est inspiré de la déesse grecque Nikê, allégorie de la victoire. Victoire, que l'athlète a énormément de mal a obtenir malgré un palmarès dont il n'a pas à rougir : 2 médailles d'argent et 1 de bronze à divers championnats du monde et d'europe d'athlétisme.

   Revenons à nos moutons. La perche est donc tendue à d'éventuels sponsors qui le conduiraient peut être vers sa première médaille d'or, et, ultime objectif, franchir la barre des 6m. Romain Mesnil invite à cet égard tous les futurs sponsors potentiels à une conférence de presse qui aura lieu le 10 avril au Café Rouge à Paris.

   Et puisque Romain Mesnil ne recule devant rien pour utiliser les nouvelles technologies dans sa recherche de sponsor, ce dernier a mis les 2 offres de sponsoring aux enchères sur eBay ! Les 2 lots sur lesquels il propose d'enchérir sont les suivants :

Lot 1 (destiné à une entreprise) :
*  Affichage du logo de son choix sur maillot de Romain Mesnil lors des compétitions de 2009
* Présence de Romain Mesnil de 3h lors d'un événement  de relations publique
* Droit de communiquer sur le contrat de partenariat avec Romain Mesnil
Enchère actuelle : 30.161 €

Lot 2 (destiné à un particulier) :
* Affichage du message ou photo de son choix sur maillot de Romain Mesnil lors des compétitions de 2009
* Dîner en tête à tête avec Romain Mesnil + une personne de son choix
* Reversement de l'argent de l'enchère à l'association pour la recherche contre les tumeurs au cerveau (ARTC)
Enchère actuelle : 4.020 €

   Le nom des gagnants sera divulgué lors de la conférence de presse du 10 avril. Alors il ne vous reste plus qu'à choisir votre lot et enchérir...1x, 2x, 3x.... Adjugé vendu !



(*) zut, je m'étais promis de ne jamais parler de ce type sur ce blog...

Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 13:48

   Depuis le mois de décembre, disparition totale de Louise Bourgoin du Grand journal où elle apparaissait encore parfois pour quelques sketchs... Le public très inquiet se demande si elle n'est pas morte ou du moins si elle n'est pas malade (mal au ventre ou autre part) L'équipe de votre blog préféré a mené son enquête...


   Tout d'abord il y a certaine choses à savoir sur l'ex de Julien Doré afin de mieux comprendre le personnage. Louise Bourgoin déjà, ce n'est pas son vrai nom. Plus précisément, Louise n'est pas son vrai prénom. Cette bretonne porte pour vrai nom Ariane Bourgoin. C’est sous le prénom Ariane (tout court) qu’elle devient présentatrice sur la chaîne Filles TV, puis en 2006 alors tout fraîchement embauché par Canal+ elle décide d’opter pour le pseudo Salomé pour éviter la confusion avec Ariane Massenet, Canal+ refuse, finalement ce sera Louise Bourgoin (*). (Pourquoi Louise ? Parce qu’elle voue une admiration sans limite à la peintresse(**) Louise Bourgeois).

 

   Elle anima donc pendant 1 an une météo autant sexy que déjantée dans le Grand Journal de Canal + puis fut remplacée par Pauline Lefevre à la rentrée 2008. C’est cette activité qui la rendit célèbre mais très vite, elle fut courtisée par les gens de cinéma ce qui la conduit à jouer aux côté de Fabrice Luchini dans « La fille de Monaco » (***), puis le rôle de BB dans un film sur Serge Gainsbourg à sortir en 2009 lui est passé sous le nez au profit de Laetitia Casta. Elle a également joué dans la bande annonce pour le printemps du cinéma que l’on peut voir actuellement… au cinéma.

 

   Plus récemment, elle a assuré le doublage d’une des voix dans le film d’animation Monstres contre Aliens à sortir le 1er avril (et ce n’est pas une farce !) Julien Doré est également de la partie. En ce début d’année elle tournait également dans « Blanc comme neige » le nouveau film de Christophe Blanc. Enfin, et c’est tout aux dernières nouvelles, en avril devrait sortir « Black Heaven » de Gilles Marchand où elle donne la réplique à Melvil Poupaud.

 

   Ses activités cinématographiques ne donnent donc plus le temps à l’ingrate de se consacrer au Grand Journal de Canal+ qui la fit connaître du grand public. Dommage car sa rubrique littéraire et ses sketchs notamment un mémorable où elle incarnait Roselyne Bachelot resteront des grand classiques de la saison 2008-2009 de l’émission.

 

   Mais puisque la vie n’est qu’un éternel recommencement, attendez vous à voir d’ici peu disparaître Pauline Lefevre de l’émission qui la rendit célèbre car trop courtisée par le monde du cinéma…

 

   Ah, encore un conseil, si vous rencontrez Louise Bourgoin, évitez de lui parler de Laëtitia Casta et Déborah François...

 


 

(*) Elle faillit opter pour Louise Attaque mais c’était déjà pris (rires…)

(**) Oui je sais, ça n’existe pas mais j’aime bien inventer des mots !

(***) Rôle pour lequel elle fut nominée cette année aux César en tant que meilleur espoir féminin qu’elle n’a d’ailleurs pas remporté, au profit de Déborah François


Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 10:37

   L'animateur mielleux Vincent Perrot a beau détenir le record du monde de vitesse sur dragster, être très féru de cinéma et incollable sur les techniques de dragues des minettes de 18 ans, il n'en est pas moins d'une grande médiocrité concernant les questions musicales. 

   Je ne sais pas du tout comment ce type a pu décrocher le poste d'
animateur vedette d'une émission musicale, en l'occurrence le célèbre " Stop ou encore ? " les week ends sur RTL mais je peux vous dire que dans ces moments là je regrette que Francis Zegutt ait quitté la station depuis plus de 10 ans. Je regrette même l'époque ou l'émission était présenté par Julien Lepers, c'est dire !

   Quelques morceaux choisis dans ce dont je me souviens (reformulés car je n'ai plus les bandes) parmi les plus grosses bourdes caractérisant la nullité musicale de l'ex " Gendre idéal " lui justifiant une place de choix dans ma catégorie " La vedette du jour " :


- A propos de la chanson Lady Madonna des Beatles : " C'est Ringo Starr au chant " ! (1)

- Fin novembre 2008 : " James Brown n'a toujours pas été enterré " (2)

- A propos de la chanson Laura chantée par Johnny Halliday : " Paroles Johnny Halliday, musique Jean-Jacques Goldman " (3)


   Alors certes, ce ne sont peut etre que des informations lues par Vincent Perrot et écrites par un collègue incompétent, mais si Vincent s'y connaissait un minimum en musique, il nous épargnerait toutes ces bourdes ! Déjà, on se demande pourquoi il est si fréquemment invité aux Grosses Têtes de Philippe Bouvard alors qu'il n'est pas drôle non plus.

   Indépendamment de la personnalité de Vincent Perrot, je regrette l'époque ou le Stop ou encore ? présentait 5 chansons des artistes proposés. A l'époque on avait vraiment de quoi s'imprégner de l'univers musical de l'artiste proposé. Après ils en proposaient plus que 3, puis seulement 2 ! (ça s'était rebaptisé Double Appel). De plus les comptages des votes étaient beaucoup plus sérieux. Parfois les artistes se faisaient virer (en dessous de 50% d'Encore), mais rares étaient ceux qui atteignaient péniblement les 96 voire 97% d'Encore. Aujourd'hui, atteindre 100% des suffrages est monnaie courante. On se croirait dans les pays de l'est les jours de scrutin. Tenez, par exemple Paul Mac Cartney le WE dernier a aligné 4x100% d'encore d'affilé ! (Ce qui nous fait 400%).

   Oubliez Vincent Perrot concernant les questions de musique. Par contre, il est une encyclopédie vivante sur tout ce qui concerne la Patrouille de France dont il vient de signer un très bel ouvrage paru aux éditions EPA. Ce livre abonde en fabuleuses photographies et témoignages. On y apprend par exemple qu'à chaque fois qu'arrive un petit nouveau à la PDF, il est surnommé Le Schtroumpf vous saurez pourquoi en lisant l'ouvrage !

   Après avoir cassé du sucre sur le dos de Patrick Sébastien puis de Vincent Perrot, vous devez vous demander pourquoi j'écoute encore RTL ! Impossible d'expliquer pourquoi on en revient toujours à ses premières amours. Bien qu'ayant essayé de nombreux concurrents, je ne me sens chez moi que chez RTL, et je ne pourrais me passer des chroniques ou émissions de Jean-Michel Aphatie, Laurent Gerra, Jérôme Godefroy, Alain Duault, Christophe Hondelatte, Alain Duhamel, Nicolas Pincarré... c'est comme ça !




(1) Alors que c'est Paul Mac Cartney, qui certes, prends un peu une voix à la Elvis Presley pour les besoins de la chanson, ce qui rend son timbre de voix un peu plus proche de celle de Ringo Starr, mais bon, de là à confondre Ringo Starr et Paul Mac Cartney...

(2) Certes, il y a eu beaucoup de polémiques au sujet de la mort de James Brown. Toujours est-il qu'actiuellement il repose en paix dans une crypte familiale aux côtés de ses proches, et sera peut etre transféré dans un monument à sa gloire (à la manière d'Elvis Presley, encore lui !) qui n'est pas encore construit.

(3) Parole et Musique : Jean-Jacques Goldman, Johnny Halliday n'a écrit que très peu de paroles au cours de sa carrière, citons Le bon temps du Rock'n'roll, Les coups, La musique que j'aime...

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 13:31

   J'ai eu l'occasion de rencontrer Yves Simon, et je vous avoue que ça s'est très mal passé. Pourtant cela ne l'a pas empêché de rester mon chanteur préféré. C'était en 1989 (presque 20 ans déjà...) à l'été du livre Place d'Armes à Metz. Il était à un stand et dédicaçait son dernier livre (qui devait être à l'époque " Jours ordinaires "). Je chassais à l'époque quelques autographes parmis les célébrités présentes, j'avais mon petit carnet d'autographes (1) que je conserve encore aujourd'hui précieusement et dans lequel figurent quelques trophées d'une valeur inesimables(2). Je viens donc vers Yves Simon, lui tends mon carnet, il le signe mais le stylo ne marchait plus. Il me tend mon carnet faisant mine du genre " Tiens voilà ton autographe, bon d'accord le stylo y marche plus mais t'avais qu'à m'acheter mon livre, connard ! ". J'insiste pour avoir un autographe digne de ce nom bien qu'une foule conséquente attendait derrière moi. Il finit quand même par trouver un stylo opérationnel, me signe le carnet et me le rend. Au suivant. J'ai donc 2 autographes de Yves Simon entrelaçés. Un en relief, et l'autre encré, ancré dans mon petit carnet vert à spirales. Dommage que " Le carnet à spirale " soit une chanson de William Sheller et non de Yves Simon !

 

   Ce soir, je ne pense pas que je lui demanderai un autographe bien que je vais assister à son tour de chant Salle Poirel à Nancy.  Je ne pense pas qu'il se souvient de cette anecdote car d'être auteur et de fréquenter tous les salons du livre, c'est le genre de désagrément qui doit arriver relativement fréquemment.

 

   J'ai toujours adoré ce chanteur, et ce dès la première fois que j'ai entendu " Au pays des merveilles de Juliet " sur RTL, bon biensûr, à l'époque j'avais pas tout de suite compris toutes les références cinématographiques de la chanson (j'étais tout petit) mais déjà, j'apréciais sa belle voix grave et ses mélodies efficaces. J'ai essayé par la suite de découvrir toutes ses productions musicales et je dois dire que je n'ai jamais été déçu, bien que je dois avouer que j'ai un peu fait (sans doute à tort) l'impasse sur ses 2 derniers albums.

 

   Je n'ai malheureusement rien lu de ses productions littéraires bien que cette facette de sa personnalité soit au moins aussi importante sinon plus que sa production discographique. Je ne veux pas mourir sans avoir comblé cette lacune. N'oublions pas que cet écrivain chanteur originaire de Contrexéville a été autant primé pour ses chansons (3) que pour ses livres (4).

 

   Son premier album est passé complètement inaperçu à l'époque (1967). Pourtant, il regorge de morceaux d'où se dégagent une rare émotion (Par exemple " Elle est petite comme l'oiseau ") (5) bien que le trait soit un peu forcé justement sur l'aspect émotionnel. Ils comportent toutes les caractéristiques des " premier album "s de tous les grands artistes : beaucoup d'idées regroupées en peu de place et des mélodies intenses (6). Voici l'une des plus belles chansons de Yves Simon pour celles et ceux qui ne le connaissent pas très bien. ça s'appelle Zelda et je crois que ça date de 1977 :

 

 

 

    Demain, je vous raconterai peut être le concert de Yves Simon salle Poirel, mais seulement si vous êtes sages. Sinon vous vous consolerez en visitant la page de cet autre chanteur.

 

 

 


  

(1) C'était un petit carnet vert à spirales

(2) Parmis lesquels des autographes de Hervé Bazin, Annie Girardot, Jean-Claude Pascal...

(3) " Au pays des merveilles de Juliet " grand prix de l'accadémie du disque

(4) " La dérive des sentiments " prix Medicis en 1991

(5) Vous pouvez découvrir ces chansons dans la compilation Master Serie consacré à Yves Simon

(6) Ecoutez " Amoureux de Paname " de Renaud ou " Tout corps branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir " de Hubert Félix Thiéfaine pour vous en rendre compte.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 07:59

   Connaissez vous Jean Pierre Manseau ? Il s'agit d'un chanteur québecois (*1) dans le pur style des seventies à tel point qu'on croirait qu'il parodie l'archétype du " Chanteur francophone des années 70 ". Je ne peux résister à vous faire découvrir cette video qui en vaut vraiment la chandelle. Le type prend des airs de grand séducteur sûr de lui (autant dans son attitude que dans les paroles de la chanson)... sans en avoir vraiment le physique (à vous de juger mesdames !) avec un regard enjoleur comme on n'en fait plus, et une voix chaude et haletante à la Georges Moustaki (*2) rappelant vaguement Leny Escudero (*3). Vous verrez aussi qu'il n'a rien à envier à Vanessa Paradis au niveau des bruyantes reprises de souffle !

 La vraie version du vrai Jean Pierre Manseau


   Un tel chanteur de pacotille se devait tout de même d'avoir sa parodie sur youtube. Certes les Inconnus auraient fait beaucoup mieux mais en attendant, je m'en suis chargé. J'espère qu'il ne le prendra pas mal mais c'était trop tentant ! Autre hommage, Jean Pierre Manseau me doit également de figurer sur Wikipedia, maintenant que cette injustice a été réparée, pour le chèque, on s'arrangera entre nous.

   Il existait une autre vidéo de Jean Pierre Manseau sur Youtube avec son seul gros tube (" Théo et Antoinette ") mais bien que sa coupe à la Bernard Thibaut et son pantalon moule burne valent bien le détour, je trouve que le " clip " était moins dans le paroxysme des années 70 (bien que tout à fait pittoresque). De plus, je trouve la musique de " Tout ce que je veux " beaucoup plus jolie.
Jugez par vous même.

   On raconte que Jean Pierre Manseau a écrit des centaines de chansons depuis les années 60 mais seulement quelques unes ont été enregistrées. Fin 2007, il est entré à nouveau en studio pour toutes les immortaliser. On attend avec impatience la sortie du coffret.

 La version de Julien Petitjean (moins bien)


   Si vous voulez voir Jean Pierre Manseau avec son look actuel, c'est ici qu'il faut impérativement cliquer.

   Allez, je ne peux pas clore cet article sans vous faire profiter des paroles, elles en valent vraiment, elles aussi, la chandelle :

 

TOUT CE QUE JE VEUX
Jean-Pierre Manseau

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Une petite maison un jardin sur l'été
Des feuilles d'automne tombées en été

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Un étang endormi près d'un grand bouleau gris
Et dans le ciel bleu ou gris l'oiseau de passage

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Un horizon de montagne a regarder sans se lasser
Et par une fenêtre de la maison une main qui s'agite

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Tant et tant de bonheur qu'on n'arrête pas de dire merci
Oui je l'aurais mon rêve vas tu vas tu venir

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Tout ce que je veux faire l'amour








(*1) Et non sarthois
(*2) Vous savez, celui qui chantait " Avec ma gueule de métèque de juif errant de pâtre grec... "
(*3) Vous savez, celui qui chantait " Pour une amourette qui pasait par là... "
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 13:36

   Il est bien injuste que le chanteur Klaus NOMI soit quasiment tombé aux oubliettes et je voudrais contribuer à réparer cette injustice car cet extravagant était un visionnaire. Peut être un génie.



 

Klaus NOMI


   Dans son déguisement de clown robot d'un autre temps, n'y reconnaissez vous pas un chanteur français qui fait fureur depuis une dizaine d'années et qui a dû fortement s'en inspirer tant au point de vue de l'accoutrement que dans ses envolées lyriques dignes d'un Farinelli des temps moderne ? M n'a rien inventé. Mais il n'est pas le seul car il est clair que Klaus NOMI,  dans sa volonté de bouleverser toutes les conventions laisse un héritage dans lequel ont puisé de nombreux artistes.

   Né à Immenstadt en 1944, Klaus NOMI, a été découvert par David Bowie (rien que ça !) lors des années 70 alors que le chanteur allemand commençait à se faire un nom dans l'underground New Yorkais par des prestations scéniques mêlant une musique pré-new wave barroque à des chorégraphies robotiques semblant sorties de nulle part.

   La tessiture étonnante de la voix de cet être artistiquement totalement désinhibé couvrait aussi bien les notes de la gamme baryton-basse que les notes les plus aigues du répertoire haute-contre(1) mettant l'accent sur tout l'ambiguité du personnage. En écoutant certains extraits musicaux on peut facilement être bluffé et le prendre pour une soprano !

     Klaus NOMI ne sortit que 2 albums de son vivant. Un 3e, regroupe des oeuvres posthumes. Ainsi il n'a pas vraiment eu le temps de peauffiner son art et de bâtir une grande carrière internationnale. Sa mort nous prive sans doute de véritables pépites d'inventivité. Pour le découvrir, de nombreuses compilations existent.

 


   Son plus grand tube, en tout cas en France, est une reprise, il s'agit de " Cold Song " (du compositeur barroque Henri Purcell) extrait de l'opéra " The King Arthur "  (" The Song of Cold " acte III scène 2) et qui a servi de BO pour le film " A nos amours " avec Sandrine Bonnaire. Voici la version originale (enregistrement d'époque !) : 

 


      Il y a 2 ou 3 morceaux de Klaus NOMI que j'affectionne tout particulièrement hormis " Cold Song ". Citons en Vrac " You don't own me "(2), " Total Eclipse "(3) et " Wasting my time ". Nous vous proposons ici " Total Eclipse " :

 


   Malheureusement, en 1983, Klaus NOMI (Klaus SPERBER de son vrai nom) fut le 1er chanteur à mourir du SIDA, alors qu'on venait à peine de découvrir cette étrange maladie, inutile de vous dire qu'à l'époque, aucun traitement n'existait encore, pas même l'AZT !

   Au fait, pourquoi " NOMI " (au lieu de SPERBER) ? C'est très simple : Klaus SPERBER avait un ami danseur qui mit d'ailleurs au point sa fameuse danse de Robot. Le magazine préféré de cet ami était " OMNI " et il se complaisait à surnommer ce magazine par un anagramme : " NOMI ". C'est ce nom qu'adopta Klaus pour en faire son nom de scène : Klaus NOMI.


   Klaus NOMI fait donc parti de ces génies morts trop tôt, tel Mozart, Schubert ou Purcell mais son souvenir perdure encore dans le coeur de son public (dont une grande partie l'a découvert après sa mort). J'ai même un ami qui, pour son enterrement de vie de garçon s'est même déguisé en Klaus NOMI ! Et je peux vous dire qu'il a fait fureur.
   Ci-contre (gauche et droite) Klaus NOMI dans la vie.

 


   Je ne pourrai pas terminer ce billet sans un clin d'oeil à l'ami qui m'a fait découvrir Klaus NOMI alors que j'étais étudiant. Alors 36, si tu nous lis...

 



(1) Falsetto
(2) Sans doute un jeu de mot avec " You don't NOMI "
(3) Pour la petite histoire j'ai une connaissance qui, en écoutant " Total Eclipse " avait un peu compris de travers et croyait que les paroles étaient " Boter les fesses, il faut botter les fesses " au lieu de " Total Eclipse, it's a total Eclipse ". Voir dans le même ordre d'idées l'article sur les cornichons.

Partager cet article
Repost0