Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 13:46

   Après avoir marché sur la lune en 1969, joué de la trompette de jazz pendant des décennies, avoir vaincu un cancer des testicules, gagné 7 fois de suite le TDF (1), soit une véritable success story à l'américaine, Armstrong avide de records, décide de remettre ça pour 2009 en visant le doublé Giro -TDF comme l'avait fait Marco Pantani en 1998 ! On a vu par le passé que pour cet humanoïde bourré de médicamments en tous genres, rien n'est impossible. Et au delà de tous ses exploits sportifs, sa plus grande prouesse aura été de déjouer tous les contrôles anti-dopage.

   Mais quel est le secret d'Armstrong, fer de lance de l'équipe U.S. Postal ? En tout cas Sheryl Crow doit être comblée...


(1) Tour de France

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 13:32

   On croirait que ce genre de choses n’arrive qu’aux Etats-Unis, et en l’occurrence c’est le cas. C’est le pire cauchemar de tout homme, de se réveiller sans ses attributs virils, et c’est précisément ce qui est arrivé à un américain du Kentucky, Philip Seaton, 61 ans des suites d’une opération. Au départ il s’agissait d’une simple opération de circoncision suite à la découverte d’un cancer. Par prudence, le chirurgien a préféré tout couper pour éviter que la maladie ne s’étende. Seulement voilà, il ne savait pas que son client allait porter plainte ! (et on le comprend) N’était-il pas plus simple d’en parler à ce dernier avant de passer à l’acte ? Surtout qu’une éventuelle 2e opération lui aurait permis de mettre du beurre dans les épinards si je puis m’exprimer ainsi… Toujours est-il que le pauvre Philip Seaton s’est réveillé de son anesthésie avec une bien désagréable surprise, tout en sachant que contrairement aux lézards, elle ne repoussera pas…

 

   Le procès est en cours. On pourrait en rire si c’était du cinéma, mais quand ce genre d’histoire sans queue ni tête vous arrive… Il ne reste plus qu’à attendre que les progrès de la médecine permettent les greffes de pénis.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 13:15

   Un cadre d’un Bricorama (1) près de Châlons-en-Champagne a voulu faire un remake de Loft Story dans son magasin à la différence près que la caméra était située… Dans les toilettes femmes ! La caméra, cachée dans le faux plafond était reliée à un téléviseur situé en salle de pause du personnel. Facile donc de comprendre qu’il a aisément pu être pris en flagrant délit bien que ce petit manège durait depuis des années !

   Pourtant, certains détails auraient pu mettre la puce à l’oreille des employées féminines du Bricorama sachant que d’une part 2 caméras avaient disparu du stock du magasin (2) en 2006 et d’autre part, notre gaillard prenait toujours ses pauses au moment où l’une d’entre elles s’absentait pour aller aux WC, mais de là à établir une relation de cause à effet entre les 2 évènements…

   Inutile de vous dire que le chef de secteur à été mis à pied le jour même et qu’il attend son procès en correctionnelle… Peut être pourra-t-il se recycler dans le secteur de la TV réalité en se faisant embaucher chez Endemol !

 


 

(1) Chef de secteur de son état

(2) La 2e n'a jamais été retrouvée...

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 13:31

   Je vous ai souvent parlé de Michel Polnareff. A l'instar de Michel Polnareff, Yves Simon n'est pas monté sur scène depuis 30 ans. Ils ont tous les 2 le même âge.


   A son retour, les fans de Michel Polnareff ont proclamé haut et fort, non sans hypocrisie, que sa voix était resté inchangée après tant d'années. Celle de Yves Simon en revanche, n'a pas bougé d'un iota. Certes, le chanteur originaire de Contrexéville n'est pas du genre à chercher à impressionner son public par ses performances vocales.

 

   C'est avec une grande émotion que Yves Simon retrouve Nancy car c'est la première grande ville qu'il a connu une fois parti de Conterxéville le bac en poche pour y étudier les lettres. Il se souvient qu'il habitait à l'époque près de la porte de la Craffe et qu'il en avait peur la nuit en rentrant chez lui !


   Yves Simon est, tel un William Sheller ou un Alain Souchon, un diseur. Un diseur qui est resté le même depuis 35 ans, et avec simplicité.


   Le spectacle commence par un long speach racontant le pourquoi du comment de sa jambe dans le plâtre, la raison invoquée sur son site n'est pas la vraie. Mais pour savoir la vérité, il faut aller l'applaudir à une de ses prochaines dates, je ne peux pas tout vous dévoiler ! (1)


   Vient ensuite la présentation des musiciens. Ses confrères le font plutôt en fin de tour de chant. Yves Simon, lui, préfère au début : C'est son choix, et il le fait avec beaucoup d'humour. Chaque gugus a droit à son annecdote. Le bassiste par exemple lui, a joué avec Coluche, et Guy Béart. Il raconte que ce dernier, lorsque ses musiciens se plaignaient de ne pas être payés pour les les répétitions, rétorquait du tac au tac que les répétitions lui, n'en avait pas besoin, ses chansons lui les connaissaient par coeur et que c'était une chance pour ses musiciens qu'il leur accorde la faveur de répéter avec eux ! Sacré Guy Béart !


   On apprend aussi que le claviériste, Serge Perathoner a travaillé avec Michel Berger et qu'il est l'auteur de la musique des génériques de " Navarro " et de " Ushuaïa "Yves Simon le charrie lui disant qu'il doit très riche !


   " Manhattan " inaugure le spectacle. S'enchaînent alors chansons connues et moins connues. Les chansons inconnues mais tout aussi séduisantes dès la première écoute sont du dernier album " Rumeurs " (2) dont la pochette illustre ce billet. En général, lorsqu'on vient applaudir un chanteur connu depuis des années, on éprouve plus de plaisir à écouter les vieilles chansons que les nouvelles. Ce n'est pas le cas chez Yves Simon. Ce nouvel album, intemporel et aux mélodies dont lui seul a le secret est à placer au même niveau que " Respirer Chanter " ou " Au pays des Merveilles de Juliet " dont la chanson éponyme clôt le concert. Il y règne une telle cohésion et une telle homogeneité entre les morceaux que je serais presque tenté de dire qu'il s'agit là de son chef d'oeuvre discographique.


   Yves Simon en devient presque hébété de constater à quel point le public fait une véritable ovation soutenue interminablement à " Diabolo Menthe " sans réaliser qu'il le mérite. Ses refrains n'ont pas pris une ride. Il ne s'est pas aventuré à bouleverser les orchestrations au risque de les dénaturer et c'est tant mieux. (3) 


   Yves Simon est donc au meilleur de sa forme et à l'apogée de sa carrière. Très frustrant que le tour de chant ne dure que deux heures (4).


   Hier je vous ai raconté l'histoire de ma première rencontre avec Yves Simon. J'ai donc voulu réparer ma faute commise il y a presque 20 ans d'avoir demandé à Yves Simon un autographe sans avoir acheté son dernier livre en acquérant " La dérive des Sentiments " Prix Médicis 1991 ! La boucle est bouclée. Yves, tu m'en veux plus ?

 

   Je suis rentré chez moi avec cette chanson dans la tête jusqu'à ce que je m'endorme :

 

  

    Alors si vous me demandez si je préfère assister à un tour de chant intimiste et sensible d'un type talentueux et plein d'humilité ou à un spectacle tape à l'oeil d'un artiste narcissique et suffisant quelle sera ma réponse selon vous ?

 

(Voir le billet précédent traitant de Yves Simon)

 


   

(1) Je vous donne un indice : c'est à cause d'une mouche, mais pas celle que chantait si bien (dumoins à l'époque) Michel Polnareff.


(2) Citons pêle mêle " Aux fenêtres de ma vie ", " Les filles ont des sentiments " et " J'ai peur ". Quand je pense qu'hier je vous ai dit que j'avais un peu zappé les 2 derniers albums, maintenant j'en ai honte ! J'ai réparé cette erreur en sortant de la salle Poirel en faisant l'acquisition de ce nouvel opus.


(3) Bien que j'ai que moyennement aimé la surcharge instrumentale de " raconte toi " où Yves est obligé de parler un peu plus fort ce qui retire le côté intime et confidentielle de cette si belle chanson.


(4) Autre anecdote rigolotte et imprévue , à la fin de la chanson " Patrice " du dernier album où Patrice est une femme, un type dans la salle crie " Moi aussi je m'appelle Patrice ! " Yves répond aussi sec non sans humour " Oui sauf que je couche pas avec toi ! "

 

    

 
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 13:31

   J'ai eu l'occasion de rencontrer Yves Simon, et je vous avoue que ça s'est très mal passé. Pourtant cela ne l'a pas empêché de rester mon chanteur préféré. C'était en 1989 (presque 20 ans déjà...) à l'été du livre Place d'Armes à Metz. Il était à un stand et dédicaçait son dernier livre (qui devait être à l'époque " Jours ordinaires "). Je chassais à l'époque quelques autographes parmis les célébrités présentes, j'avais mon petit carnet d'autographes (1) que je conserve encore aujourd'hui précieusement et dans lequel figurent quelques trophées d'une valeur inesimables(2). Je viens donc vers Yves Simon, lui tends mon carnet, il le signe mais le stylo ne marchait plus. Il me tend mon carnet faisant mine du genre " Tiens voilà ton autographe, bon d'accord le stylo y marche plus mais t'avais qu'à m'acheter mon livre, connard ! ". J'insiste pour avoir un autographe digne de ce nom bien qu'une foule conséquente attendait derrière moi. Il finit quand même par trouver un stylo opérationnel, me signe le carnet et me le rend. Au suivant. J'ai donc 2 autographes de Yves Simon entrelaçés. Un en relief, et l'autre encré, ancré dans mon petit carnet vert à spirales. Dommage que " Le carnet à spirale " soit une chanson de William Sheller et non de Yves Simon !

 

   Ce soir, je ne pense pas que je lui demanderai un autographe bien que je vais assister à son tour de chant Salle Poirel à Nancy.  Je ne pense pas qu'il se souvient de cette anecdote car d'être auteur et de fréquenter tous les salons du livre, c'est le genre de désagrément qui doit arriver relativement fréquemment.

 

   J'ai toujours adoré ce chanteur, et ce dès la première fois que j'ai entendu " Au pays des merveilles de Juliet " sur RTL, bon biensûr, à l'époque j'avais pas tout de suite compris toutes les références cinématographiques de la chanson (j'étais tout petit) mais déjà, j'apréciais sa belle voix grave et ses mélodies efficaces. J'ai essayé par la suite de découvrir toutes ses productions musicales et je dois dire que je n'ai jamais été déçu, bien que je dois avouer que j'ai un peu fait (sans doute à tort) l'impasse sur ses 2 derniers albums.

 

   Je n'ai malheureusement rien lu de ses productions littéraires bien que cette facette de sa personnalité soit au moins aussi importante sinon plus que sa production discographique. Je ne veux pas mourir sans avoir comblé cette lacune. N'oublions pas que cet écrivain chanteur originaire de Contrexéville a été autant primé pour ses chansons (3) que pour ses livres (4).

 

   Son premier album est passé complètement inaperçu à l'époque (1967). Pourtant, il regorge de morceaux d'où se dégagent une rare émotion (Par exemple " Elle est petite comme l'oiseau ") (5) bien que le trait soit un peu forcé justement sur l'aspect émotionnel. Ils comportent toutes les caractéristiques des " premier album "s de tous les grands artistes : beaucoup d'idées regroupées en peu de place et des mélodies intenses (6). Voici l'une des plus belles chansons de Yves Simon pour celles et ceux qui ne le connaissent pas très bien. ça s'appelle Zelda et je crois que ça date de 1977 :

 

 

 

    Demain, je vous raconterai peut être le concert de Yves Simon salle Poirel, mais seulement si vous êtes sages. Sinon vous vous consolerez en visitant la page de cet autre chanteur.

 

 

 


  

(1) C'était un petit carnet vert à spirales

(2) Parmis lesquels des autographes de Hervé Bazin, Annie Girardot, Jean-Claude Pascal...

(3) " Au pays des merveilles de Juliet " grand prix de l'accadémie du disque

(4) " La dérive des sentiments " prix Medicis en 1991

(5) Vous pouvez découvrir ces chansons dans la compilation Master Serie consacré à Yves Simon

(6) Ecoutez " Amoureux de Paname " de Renaud ou " Tout corps branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir " de Hubert Félix Thiéfaine pour vous en rendre compte.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 07:59

   Je crois que jamais l'élection d'un 1er secrétaire du PS n'aura été aussi roccambolesque (1) ! On annonçait Martine Aubry, grâce au report des voix de Benoît Hamon, gagnante haut la main (55%) aux dépends de Ségolène Royal. Eh bien manque de bol on a droit à un joli 50 50 entre les 2 prétendantes (avec une légère majorité pour Martine de 42 voix). Les urnes ont parlé c'est donc Martine qui succède à Alain Savary, François Mitterrand, Lionel Jospin, Pierre Mauroy, Laurent Fabius, Michel Rocard, Henri Emmanuelli, re-Lionel Jospin puis François Hollande (recordman dans la durée : 11 ans !) à ce poste tant convoité.

   Seulement voilà, Ségolène n'acceptant pas la défaite, a décidé que les votes (ou plutôt les résultats) ont été truqués, ce qui n'est pas forcément improbable. Pour un parti qui se bat pour faire respecter la démocratie, c'est pas joli joli de truquer les résultats et de ne pas accepter le choix des votants !

   Ségolène propose donc de re-voter. Très bien. Seulement voilà : Elle aurait mieux fait de faire ça le 6 mai 2007. Peut être que les dépouillements étaient truqués ! On aurait dû remettre le 2e tour le dimanche suivant et là, à coup sûr Ségolène aurait été élue haut la main ! ça aurait été beaucoup plus bénéfique pour la France que ces querelles internes qui ridiculisent le PS aux yeux des Françaises et de Français.

   Alors, bien que je ne sois pas militant du PS (donc interdit de voter pour la première secrétaire), je propose un compromis de manière à ce que tout le monde soit content : Choisir entre Martine Royal et Ségolène Aubry. Comme ça, aucune des 2 ne contestera le résultat du scrutin.

 

   Bon désolé, les montages sont un peu lamentables. Alors promis, avant les prochaines élections (dans 3 ans) je m'inscris à un stage intensif de Photoshop !


 

(1) Bien qu'au congrès de Metz en 1979 c'était pas triste non plus entre Mitterrand et Rocard.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 07:59

   Voilà une nouvelle qui risque de changer la face du monde et les livres d'histoire vont sans doute être réécrits suite à cette révélation. Bon, ça faisait longtemps que c'était une rumeur, mais elle semble à présent confirmée et pourrait expliquer certains troubles comportementaux du tyran. Certes on ne dit pas monoitesticuloïdal mais monorchide, mais monotesticuloïdal c'est plus parlant non ? Revenons à nos moutons.

   Adolf Hitler (en médaillon, mon cliché préféré du despote) aurait été blessé à l'abdomen pendant la bataille de la Somme le 7 octobre 1916 (durant la guerre de 14) et c'est là, sur le champ de bataille qu'il aurait perdu un testicule et ne l'aurait jamais retrouvé. La gonade a sans doute par la suite été bouffée par un vautour ou autre charognard (pauvre bête). Le caporal fut soigné par un infirmier (ou médecin selon les sources) nommé Johan Jambor (image ci-contre) qui, par la suite, se souvint très bien de ce petit moustachu que tout le monde appelait " Le criard ", lorsqu'il commença à faire parler de lui une trentaine d'années plus tard. Voyant le résultat, il regretta vivement de lui avoir sauvé la vie, et, pris de remords ses nuits se peuplèrent de cauchemards.  Peu avant sa mort, Johan Jambor fit  cette confidence à un prêtre qui retranscrivit la conversation par écrit. Et c'est justement cet écrit qui vient d'être retrouvé et dévoilé au monde entier. Vous me direz, c'est pas une preuve.

   C'est alors, sans vouloir commencer à sombrer dans la psychologie de comptoir, qu'on peu se demander quelle relation de cause à effet il peut y avoir entre les méfaits de ce triste personnage et son infirmité. Massacrer et stériliser autant de monde ça fait quand même beaucoup de morts pour une couille, alors qu'elles sont censées donner la vie...

   Heureusement qu'il ne l'a pas donné avec celle qui lui restait !

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 07:59

   Quelle place occupe le Beaujolais Nouveau dans la société française d'aujourd'hui ? Nous somme déjà arrivé au 3e jeudi du mois de novembre et est vrai que depuis une quinzaine d'années, cet événement s'est considérablement amplifié au point de devenir un incontournable de tout bon français qui se respecte.

   De nos jours, plus une seule entreprise n'omet de fêter cet événement annuel en distribuant le précieux breuvage dans les cantines ou dans le cadre d'un buffet organisé à l'arrache dans la salle de réunion, bravant toutes les lois anti-alcool sur les lieux de travail. Quel bar ou restaurant n'inclut pas aujourd'hui la dégustation du Beaujolais Nouveau dans les produits qu'il propose ? Quel événement n'y est pas associé de près ou de loin ?

   Pourtant, étonnant qu'un vin aussi dégueulasse suscite un tel engouement même à l'étranger, notamment au Japon. Espérons qu'il ne ternisse pas l'image de la France, et que les ventes de Beaujolais Nouveau sous forme de boites métalliques aient repris du poil de la bête aux
States (Un fléchissement avait été constaté suite à notre refus de participer au massacre irakien).

  Alors, cette année, le goût de quel fruit a le Beaujolais Nouveau ? Framboise ? Banane ? Pomme ? Choux de Bruxelles ? Champignon ? Clou de giroffle ? Huile de foie de morue ? Les débats sont ouverts, mais je ne peux y participer ne l'ayant encore goûté.

   Ainsi, la critique
littéraire du Beaujolais Nouveau Est Arrivé, ce n'est pas encore pour aujourd'hui, car de René Fallet je n'ai lu et vu que La Soupe Aux Choux, une autre denrée de base du peuple français. Oeuvre qui fera peut être l'objet d'un prochain post !

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 07:59

   Connaissez vous Jean Pierre Manseau ? Il s'agit d'un chanteur québecois (*1) dans le pur style des seventies à tel point qu'on croirait qu'il parodie l'archétype du " Chanteur francophone des années 70 ". Je ne peux résister à vous faire découvrir cette video qui en vaut vraiment la chandelle. Le type prend des airs de grand séducteur sûr de lui (autant dans son attitude que dans les paroles de la chanson)... sans en avoir vraiment le physique (à vous de juger mesdames !) avec un regard enjoleur comme on n'en fait plus, et une voix chaude et haletante à la Georges Moustaki (*2) rappelant vaguement Leny Escudero (*3). Vous verrez aussi qu'il n'a rien à envier à Vanessa Paradis au niveau des bruyantes reprises de souffle !

 La vraie version du vrai Jean Pierre Manseau


   Un tel chanteur de pacotille se devait tout de même d'avoir sa parodie sur youtube. Certes les Inconnus auraient fait beaucoup mieux mais en attendant, je m'en suis chargé. J'espère qu'il ne le prendra pas mal mais c'était trop tentant ! Autre hommage, Jean Pierre Manseau me doit également de figurer sur Wikipedia, maintenant que cette injustice a été réparée, pour le chèque, on s'arrangera entre nous.

   Il existait une autre vidéo de Jean Pierre Manseau sur Youtube avec son seul gros tube (" Théo et Antoinette ") mais bien que sa coupe à la Bernard Thibaut et son pantalon moule burne valent bien le détour, je trouve que le " clip " était moins dans le paroxysme des années 70 (bien que tout à fait pittoresque). De plus, je trouve la musique de " Tout ce que je veux " beaucoup plus jolie.
Jugez par vous même.

   On raconte que Jean Pierre Manseau a écrit des centaines de chansons depuis les années 60 mais seulement quelques unes ont été enregistrées. Fin 2007, il est entré à nouveau en studio pour toutes les immortaliser. On attend avec impatience la sortie du coffret.

 La version de Julien Petitjean (moins bien)


   Si vous voulez voir Jean Pierre Manseau avec son look actuel, c'est ici qu'il faut impérativement cliquer.

   Allez, je ne peux pas clore cet article sans vous faire profiter des paroles, elles en valent vraiment, elles aussi, la chandelle :

 

TOUT CE QUE JE VEUX
Jean-Pierre Manseau

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Une petite maison un jardin sur l'été
Des feuilles d'automne tombées en été

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Un étang endormi près d'un grand bouleau gris
Et dans le ciel bleu ou gris l'oiseau de passage

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Un horizon de montagne a regarder sans se lasser
Et par une fenêtre de la maison une main qui s'agite

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Tant et tant de bonheur qu'on n'arrête pas de dire merci
Oui je l'aurais mon rêve vas tu vas tu venir

Tout ce que je veux est écrit dans les yeux
De cette femme aux yeux bleus
Qui m'a sourit un jour que je dansais autour
Pour l'inviter a faire l'amour

Tout ce que je veux faire l'amour








(*1) Et non sarthois
(*2) Vous savez, celui qui chantait " Avec ma gueule de métèque de juif errant de pâtre grec... "
(*3) Vous savez, celui qui chantait " Pour une amourette qui pasait par là... "
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 07:59

   Bien que ce blog se veuille relativement intellectuel surtout depuis la publication des bonnes résolutions dans le post 100, je ne me suis encore jamais adonné à l'exercice de la critique littéraire. En cette période novembresque où se décernent à tour de bras les prix littéraires(*1) naît en moi l'envie d'inaugurer cette nouvelle rubrique. A cet égard, j'ai récemment lu un bouquin qui mériterait un blog à lui tout seul tant il y a de choses à dire, et pas des plus tendres...

  On m'a donc parlé il y a quelques temps de ce bouquin qui s'appelle " La Bible ".  Le titre déjà particulièrement prétentieux, mais c'est rien à côté du contenu, bref passons. Ce livre se divise en 2 parties, l'Ancien et le Nouveau Testamment. C'est une sorte de chronique familiale sur fond de fresque historique qui se déroule sur environ 3000 ans (ça se termine vers l'an 27). J'ai pas eu le courage de lire le premier tome tant il était volumineux, on m'a dit qu'il nétait pas nécessaire pour comprendre le deuxième, c'est toujours ça de gagné ! De plus y parait que c'est vraiment un summum dans le genre gore. Des histoires de guerres, viols, incestes, infanticides... Je suis un petit être trop sensible pour lire des choses comme ça.

   Ce " Nouveau Testament " se divise en 4 parties grosso modo identiques écrites par 4 gaillards différents : " Saint Jean ", " Saint Marc ", " Saint Luc " et " Saint Matthieu " je ne sais pas si c'est leur vrai nom ou leur pseudo, ni s'ils ont fait appel aux services de " nègres ". En tout cas, il paraît qu'ils n'ont jamais écrit d'autre bouquin, soit par manque de talent ou d'inspiration, soit parce qu'ils n'avaient plus besoin de travailler avec tout l'argent qu'ils ont récolté de par les ventes de leur 1er et unique ouvrage !

   L'histoire, donc, se passe il y a envrion 1980 ans en Galilée (Palestine), et ça raconte l'histoire d'un type comme vous et moi appelé Jésus (retenez bien ce nom), fils de charpentier et qui, a l'âge de 30 ans a une illumination et devient une sorte de gourou de secte. Il fait plein de tours de magie et de nombreuses personnes (les " disciples ") le suivent de ville en ville pour voir ses tours sans cesse renouvelés. A ses débuts, ses tours ne sont pas tout à fait au point, ainsi, il s'y prend par exemple à deux fois pour rendre un aveugle voyeur, puis il devient plus habile en multipliant des pains, transformant de l'eau en vin, ressuscitant les morts, marchant sur l'eau (*2), c'est un vrai spectacle, une sorte de
David Copperfield avant l'heure, on le considère comme un véritable héro, surtout lorsqu' il commence à prétendre, comme tout bon gourou qui se respecte, qu'il est le fils de Dieu (*3) ! Mais il faut dire qu'à l'époque les gens devaient être assez crédules. De nombreux surnoms lui sont donnés, notamment " le Christ ", " le Messie " etc...


   Sur ces entrefaites, sa mère, profitant de l'occasion pour récupérer la notoriété de son fils, prétend qu'elle l'a eu... vierge ! Et là ça part dans tous les sens, il y a plein d'intrigues qui s'entrecroisent en faisant intervenir de nouveaux personnages tels que Maria Magdalena, une fille de joie. Ainsi, chemin faisant Jésus continue son parcours en maniplulant les foules jusqu'à ce qu'il se fasse arrêter par les romains car il commençait à se faire passer pour le roi des juifs (ce qui était très mal vu à l'époque). Il fut finalement condamné à une horrible torture (*4), à l'issu de laquelle on le mit, agonisant dans une sorte de grotte. Au cours de son supplice, une femme, (" Sainte Véro ") lui essuye le visage avec une serviette, et le visage de Jésus se  photocopie sur la serviette !C'est un peu dégueulasse de lui avoir fait subir tout ça, lui au moins, il mettait de l'animation ! 2 jours après il ressort de la grotte en faisant croire à tout le monde qui le croyait mort qu'il était ressuscité ! Gonflé le mec ! Le plus drôle, c'est que même les plus incrédules (comme " Saint Thomas " (*5) par exemple) le croient !

   Avant son supplice, Jésus demande à sa bande de potes (il les appelle " les apôtres " (*6) dans le bouquin) qu'une fois qu'il sera parti, il faudra manger du pain en se disant que c'est son corps et boire du vin en se disant que c'est son sang, pour être sûr que son souvenir reste gravé dans leur mémoire. Faut vraiment avoir
un égo incroyablement démeusuré pour dire des trucs pareils, ou alors il était dans un sérieux état d'ébriété !

   40 jours et 40 nuits après sa soi-disante résurrection, il s'est barré en disant " Je vais au ciel rejoindre mon père " (donc Dieu, pour ceux qui suivent !) C'est un peu nul comme fin, les auteurs ne devaient plus avoir beaucoup d'inspiration après avoir imaginé tellement d'ânneries, mais bon, pour un type de 33 ans, le personnage principal a eu une vie bien remplie ! Ce qui fait qu'il n'est pas dit quand ni comment il est mort, et encore moins où il est enterré !

   Le pire, c'est qu'on raconte (je ne sais pas si c'est vrai) qu'il y a des gens qui se réunissent tous les dimanches pour lire un extrait de ce bouquin en croyant que le héro du livre a vraiment existé et en débattre, sauf qu'une seule personne (ils appellent ça " le curé ") a le droit de donner son avis dessus, et qu'il est obligé d'en dire du bien et d'en tirer une certaine morale... Après quoi il passe dans l'assistance avec un petit panier et les gens sont obligés de donner de l'argent. Exemple typique de secte !

   En tout cas, j'estime que ce bouquin, s'il sortait de nos jours, ne mériterait pas le Prix Goncourt ! L'idée du bouquin aurait pu être bonne, mais c'est trop gros, on n'y croit pas un seul instant et on n'arrive pas à entrer dans l'histoire bien que les auteurs fassent preuvent d'une imagination débordante (sauf à la fin). J'ai pas non plus aimé le côté trop moraliste, donneur de leçons du héro. De plus cela servait à rien de mettre 4 fois la même histoire à la suite dans le bouquin, d'autant que les 4 auteurs abordent l'histoire sous un angle identique, dans un style à peu près similaire. C'est du gâchis de papier d'autant qu'il paraît que ce livre s'est pas mal vendu et continue même de nos jous à être un best seller. Je crois même que Martin Scorsese en a fait un film. (*7)

  Dans le même principe que le Nouveau Testamment (parfois surnommé " Les Quatre Evangiles "), j'ai vachement préféré un bouquin de Denis Robert qui s'appelle " Le bonheur " et qui raconte une histoire de cul (n'ayons pas peur des mots), la même, racontée 2 fois, par les 2 protagonistes de l'histoire, c'est sans prétention mais beaucoup mieux écrit que " Le nouveau Testament ".

   Alors, m'encouragez vous à continuer sur ma lancée en tant que "critique littéraire" ?



 




(*1) Aujourd'hui par exemple, on décerne le Prix Goncourt !
(*2) On peut dire d'une certaine manière que c'est lui qui a inventé le ski nautique !
(*3) Alors que chacun sait que Dieu n'a pas de fils, on le saurait !
(*4) La crucifixion : on te cloue sur une grand croix en boix, c'est l'ancêtre de la roue. Les cruciverbistes, eux, sont venus beaucoup plus tard.
(*5) Dans ce livre, il y a beaucoup de gens dont le nom commence par " Saint " je ne sais pas pourquoi... ça doit être la traduction de " Monsieur " je pense...
(*6) Ils étaient à Jésus ce que les Droogies sont à Alex d'Orange Mécanique, c'est d'autant plus vrai que l'un d'entre eux ( Judas... ou Saint Judas, je sais plus) le trahit...
(*7)
La dernière tentation du Christ

 

 

Partager cet article
Repost0