Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Cliquez sur "J'aime" !

30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 17:10

   Les internationaux de Rolland Garros battent leur plein, il ne reste d'ailleurs, à l'heure ou j'écris ces quelques vers que 4 français en lice (*), bref passons. On ne parle que de Rolland Garros (cliché à votre gauche) mais sans vraiment savoir qui il était réellement. Beaucoup pensent que celui-ci était un célèbre tennisman d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, mais la vérité est ailleurs ! L'équipe du blog de Julien Petitjean a mené son enquête...

Sa vie, son oeuvre...

   Né en 1888 à Saint Denis de la Réunion ses parents migrent à Saïgon où son père ouvre un cabinet d'avocat. A l'adolescence, Roland débarque seul en métropole pour ses études. Après une pneumonie dont il s'en sortira de justesse il s'affirme excellent dans de nombreux domaines vélo, football, piano, rugby. Il entra en effet au Stade Français parrainé par son ami d'HEC Emile Lesieur dont nous reparlerons un peu plus loin. Il pratiqua également un peu le tennis mais sans plus. Après HEC et une première expérience dans la mécanique auto et la vente, il monte à 21 son propre commerce de voitures de sport. Puis à Reims, après avoir assisté à la Grande Semaine de l'Aviation de la Champagne, il a une révélation : Sa vie sera consacrée à l'aviation. De fil en aiguille, il devient l'un des meilleurs pilotes de son époque battant de nombreux records notamment d'altitude. Il restera comme étant le 1er aviateur ayant traversé la méditerranée.

    Lorsqu'éclate la 1ère Guerre Mondiale il s'engage volontairement. Il invente l'avion de chasse monoplace et met au point un système de mitrailleuse embarqué dont les balles passent au travers des pales de l'hélice de l'avion et qui sera utilisé pendant plusieurs décennies. En 1915 il est fait prisonnier en Allemagne et ne parvient à s'évader qu'en 1918 déguisé en officier allemand. Il repart aussitôt sur le front. Malheureusement il est tué lors d'un combat aérien dans les Ardennes un mois avant la fin de la guerre.

Le pourquoi du comment

   En 1927 enfin, alors que les 4 mousquetaires (Lacoste, Borotra, Cochet et Brugnon) reviennent de chez l'oncle Sam, la Coupe Davis en poche, le Stade Français décide pour fêter l'événement de construire un fabuleux stade de tennis porte d'Auteuil (**). Le président du stade Français à cette époque n'était autre qu'Emile Lesieur, fidèle compagnon de Roland Garros et dont nous avons parlé plus haut. C'est lui qui exigea que le complexe porte le nom de son ami disparu près de 10 ans plus tôt. La fidélité en amitié paye car il mourût presque centenaire en 1985 ! 

Epilogue

   Bref, après avoir parlé d'aviation, pour en revenir à des considérations un peu plus terre à terre et puisque culture et sexe sont les 2 mamelles de ce blog, voici mon top 3 des joueuses les plus sexy du tournois millésime 2009 (Anna Kournikova n'y figure pas, ça fait belle lurette qu'elle est en retraite ! Sinon, le fait que 2 d'entre elle sont à la fois russes et prénommées Maria est une totale coïncidence) :

             
   Maria KIRILENKO - Russie    Ana IVANOVIC - Serbie    Maria SHARAPOVA - Russie  


   Pour l'Edition 2010 de Roland Garros, je vous raconterai qui était Suzanne Lenglen et qui était Mr ou Mme Central.


(*) Et non en liste comme disent encore quelques abrutis.
(**) A titre d'info, ce n'est pas Daniel Auteuil qui donna son nom à la Porte d'Auteuil

Partager cet article

Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 19:25

   Il y a deux mois, comme si de rien n'était, je vous parlais de la grossesse supposée de Carla Bruni, 1ère dame de France de son état (la 2e étant Madame Larchet). Il va de soi que vu le jour où a été publié cet article on était parfaitement en droit de douter de la véracité de ces propos d'autant que dès le lendemain j'ai publié un démenti qui est passé beaucoup plus inaperçu que l'article d'origine...

   Bref, toujours est-il que la première dame de France a mis au monde il y a environ un an son 3e CD (on pourrait aussi dire "accouché" de ce CD si on veut rester cohérent avec l'article d'il y a 2 mois). Nous y avons fait allusion à l'occasion d'un article daté du 14 juillet dernier, mais à l'époque, aucun membre du blog de Julien PETITJEAN ne l'avait écouté mais c'est aujourd'hui chose faite et l'on peut désormais en parler en toute connaissance de cause.

   Cet album dont le titre "Comme si de rien n'était" est un pied de nez aux circonstances particulières dans lesquelles il a vu le jour présente en pochette une photo prise par Jean Baptiste Mondiano où l'on voit la silhouette de l'ex top modèle marcher le long d'un lac dans une clairière vêtue d'un pantalon pattes d'eph.

   Malgré ce que peuvent dire toutes les mauvaises langues résolument Anti-Sarkozy et Anti-tout-ce-qui-est-plus-ou-moins-associé-à-Sarkozy on ne peut pas franchement dire que c'est un mauvais album et que si elle n'avait pas été 1ère dame de France elle n'en aurait pas vendu un seul. A l'époque où "Quelqu'un m'a dit" a vu le jour, elle n'était pas 1ère dame de France et il s'en est écoulé 2 millions à travers le monde (contre 400 000 pour l'instant pour "Comme si de rien n'était").

   De toute évidence, les thèmes récurrents chantés par le porte manteaux asthmatique tournent autour de la nostalgie, les amours passés et présents. Les chansons censées s'adresser à son homme actuel, tantôt avec poésie, tantôt en plaçant quelques petites allusions scabreuses perdent un peu de leur charme quand on imagine le physique de celui-ci (malgré son teint artificiellement bruni) !

   Les instrumentations sont toujours assez intimistes bien qu'un peu plus étoffées que dans "Quelqu'un m'a dit" mais toujours dans la subtilité. Il faut dire que j'imagine mal ce porte manteaux asthmatique s'égosiller sur fond d'orchestre wagnérien comme le faisaient volontiers Brel ou Piaf !

   Parmis ces 14 chansons, on en trouve une en anglais (you belong to me) et une en italien (il vecchio e il bambino) qui clôt l'album avec une musique pleine d'émotion bien que j'ai rien compris aux paroles. Il n'est pas étonnant vu le passé du porte manteau chantant (sans parler du présent) de manifester l'envie de se tourner vers l'international.

   Bref, inutile de tergiverser pendant des heures, soyons direct et faisons, comme si de rien n'était, un rapide bilan des chansons de l'album que j'aime bien, que j'aime pas ou bof :

   Celles que j'aime bien : L'amoureuse, Tu es ma cam, Ta tienne, Le temps perdu, Déranger les pierres, L'antilope, Notre grand amour est mort, Il vecchio e il bambino
   Celles que j'aime pas : La possibilité d'une île, You belong to me
   Celles qui me sont indifférentes : Dans ma jeunesse, Salut marin, Péché d'envie

    En résumé, on peut dire, inépendamment de tout a priori que Carla Bruni a accouché d'un plutôt un bon album. Y'a mieux mais c'est plus cher. (J'ai juste un peu peur aussi de me retrouver en prison si je dis que c'est nul à chier !)

Partager cet article

Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 13:58

   Non, ne vous y fiez pas, il ne s'agira pas ici de l'autobiographie de Michel Sardou fraîchement sortie et qui connait un vif succès en librairie, mais bien de Queen Elizabeth II la reine d'Angleterre qui fait beaucoup parler d'elle aujourd'hui alors qu'elle n'a rien dit ni fait. J'aurais aussi pu mettre comme titre "Les Anglais débarquent" mais je n'aurait peut être pas été en règles vis à vis de la Reine...

   En tout cas, quel véritable scandale en Angleterre que cette non invitation de la reine aux festivités commémorant le 65e anniversaire du débarquement en Normandie. Selon le Daily Mail, la reine est extrêment frustrée de ne pas avoir été invitée aux festivité alors que des milliers d'anglais sont venus mourir sur les plages de Normandie pour nous sauver.

   Obama, lui a été invité, mais il faut dire que ça tombe le jour de son anniversaire donc pour marquer le coup, Sarkozy l'emmènera visiter un cimetière américain sans omettre d'inviter le premier ministre anglais Gordon Brown pour le principe. Mais on ne dérange pas la reine pour si peu tout de même !

   D'ailleurs cette colère de la reine n'est raportée que par le quotidien anglais alors que Buckingam Palace ne s'est même pas exprimé sur le sujet, si ce n'est qu'il n'ont reçu aucune invitation, alors, quant-à l'éventuelle colère de la reine... extrapolation ?

   Toujours est-il que ça me ferait bien rigoler que Queen Elizabeth II débarque à l'improviste le 6 juin sur les plages du débarquement ne serait-ce que pour voir la tête que ferait notre président !

Partager cet article

Repost0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 23:12
   Si Jean-Claude BRIALY était encore parmi nous, je suis persuadé qu'il dirait volontiers "Merveilleuse Claiiiire !!!" au sujet de Claire Denamur dont je vous ai parlé il y a quelques mois. Samedi dernier la susdite Claire est venue au Purple Lounge du Casino 2000 de Mondorf-les-Bains (Luxembourg) pour un tour de chant dans le cadre du festival "Saveurs culturelles du monde". Un passage au Grand Duché dont elle se souviendra encore longtemps.

   Un peu crispée au début de son récital, venant à peine d'apprendre qu'étaient décernés un prix du public et un prix du jury (avec des cadeaux plus qu'intéressants à la clef, notamment une tournée des Purple Lounge de France et de Navarre) Claire a su conquérir le public luxembourgeois par sa simplicité, son sourire et sa spontanéité. Claire a pu constater qu'au fur et à mesure du déroulement du concert, le public répondait présent à chacune de ses sollicitations. Bien que la foule était bien moins nombreuse que pour celle qui lui succéda sur scène (Sophie Hunger, apparemment plus connue, mais beaucoup moins souriante) Claire semblait surprise, presque mal à l'aise de voir à quel point l'engouement du public allait crescendo pour finir en apothéose sur la chanson "Je me sens nue" point d'orgue de la prestation.

   Sur scène, Claire est telle que l'on peut se l'imaginer en écoutant son CD (sans titre, dont la pochette vous est proposée ci-dessus) : Fraîche et spontanée. Un album de 10 chansons (peut-être 11...) aux arrangements soignés et aux accents tantôt beatlesesques, tantôt jazzy parsemé de clins d'oeil latinos, rappelant la pluri-culturalité des origines internationales de la chanteuse (Hollande, Argentine, Ukraine...) Une candeur juvénile que l'on ne retrouvait pas chez ses concurrents un peu plus prétentieux car plus expérimentés et qui a, c'est évident, fait la différence.

   A 00h00 pétantes, heure prévue pour la cérémonie de clôture et proclammation des résultats, rigueur germanique oblige, le maître de cérémonie annonce que nous allons bientôt connaître le nom des gagnants pour le prix du public et le prix du jury. Tous les artistes prétendant à ces titres sont là, nerveux, se rongent les ongles et retiennent leur souffle.

   " Le gagnant est : " Dès lors, le public est persuadé que c'est un et non une gagnante, par exemple Eddy La Gooyatsh, grand favori, qui repartira avec le prix en poche. Quand retentit le nom de... Claire Denamur qui monte sur scène avec son sympathique guitariste, surprise et émue, pour récupérer le premier trophée de sa carrière et sûrement pas le dernier. Après les remerciements d'usage place au prix du Jury, jury constitué de 5 ou 6 membres, quelques acteurs importants des coulisses de la vie musicale de la région (notamment Gerd Heger, ardent défenseur de la Chanson Française sur une radio... Allemande !)

   " Le gagnant est : " Là celà commence par les mêmes mots mais la suite sera probablement différente, les spécialistes ont en général un ressenti différent du public lambda. "Claire Denamur à l'unanimité !" Doublement émue et très agréablement surprise, la belle est sur un petit nuage, il lui faudra du temps avant de vraiment réaliser ce qui vient de lui arriver. Gagner coup sur coup les 2 premiers trophées de sa carrière alors que le matin même, elle pensait venir jouer pour un simple concert comme elle en fait désormais à un rythme de plusieurs par semaine.

                  

   Pour remericer le public et le jury, Claire choisit de chanter un inoubliable "New York New York" a cappella en hommage à une ville où elle a vécu 10 ans et qui lui manque atrocement. Je ne sais pas s'il est prévu qu'elle y chante prochainement mais tout ce que je peux vous dire c'est que je vous conseille vivement son premier CD, et à en croire les nouveaux morceaux interprétés au cours de son tour de chant, le 2e est très prometteur. Merveilleuse Claire, si tu nous lis, sache que si tu souhaites retrouver la chaleur du public Mosello-Luxembourgeois, tu sais ce qu'il te reste à faire !




Partager cet article

Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 10:01
   Pas de doute, Barack Obama n'est pas fait pour la politique car il tient ses promesses ! Au moment de son élection, le nouveau président américain avait confié aux journalistes qu'il avait promis un chien à ses deux filles s'il était élu. Dès lors, toute l'Amérique retint son souffle avant d'enfin savoir si la promesse allait être tenue, et si oui, quelle marque du chien allait être choisie pour Sasha et Malia.

   Comment sortir de la crise ? Quellavenir pour Guantanamo ? Comment prévenir le virus A/H1N1 ? Qu'importe lorsque le dénouement d'un tel mystère est sur le point d'être révélé ! Et le verdict tomba...

   D'abord, il faut savoir qu'un problème capital s'est posé : L'une des filles du président, Malia, est allergique aux poils de chien, la recherche s'est donc avérée beaucoup plus délicate que pour une famille lambda. Dans ce genre de circonstances, il faut trouver une marque de chien compatible avec l'état de santé de l'enfant allergique. Pendant un temps, l'on suggéra à la famille Obama de choisir une race de chien sans poil, mais ce n'est pas agréable à caresser. Cela retire le côté ludique de la bête, il a donc fallu s'orienter vers une autre piste. Les deux seules marques de chien hypoallergéniques sont le Labradoodle et le Chien d'eau Portugais. Cellule de crise organisée pour trouver une solution à cet épineux problème.

   C'est le Washington Post, qui, tel il y a 36 ans pour l'affaire du Watergate révèle tout : Le choix s'est porté sur Bo, un chien d'eau portugais au pelage noir et aux pattes blanches (*) offert par, Ted Kennedy, le frère de JFK en personne, et qui, on le sait a aussi offert tout son soutien à Obama lors de sa campagne. L'avarice n'est donc pas ce qui le caractérise le plus. Lui non plus n'aurait pas fait un bon président.

   Mais attention, Bo a beau être un chien d'eau portugais, c'est pas n'importe qui non plus ! Certains murmurent qu'il est très bien élevé, il aurait reçu des "leçons de savoir-vivre" par des entraîneurs mandatés par le sénateur Kennedy !

   Bien que ce ne soit pas la première fois que la maison blanche compte un habitant à quatre pattes (souvenez-vous Monica Lewinsky !) Bo est le 1er chien des Obama. Un chien qui, espérons-le, en période de crise ne coûtera pas trop cher au contribuable américain en Canigou. Adirez le sur l'illustration ci-jointe, l'est-il pas beau Bo ?

   Voilà une information capitale qui risque de changer la face du monde. (**)



(*) c'est normal, il faut toujours montrer pattes blanches à la maison blanche, surtout en périodes d'attentats.
(**) Ou tout au moins celle du bureau ovale !




Pour rappel :

Partager cet article

Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 16:45
   En consultant les statistiques de ce blog, contrairement à toute attente, il apparaît que ces derniers temps, le  mot clef le plus souvent utilisé pour accéder à ce blog via Google n'était pas "Julien Petitjean" mais "Elise Chassaing" et de loin, alors que j'en fais à peine allusion sur l'article consacré au Grand Journal de Canal + paru en mars dernier.

 

   Pourquoi un tel engouement pour Elise Chassaing ? C'est ce que nous allons essayer de comprendre ici, peut être en vain...

 

   Tout d'abord, Elise Chassaing est à Laurent Weil ce que Pauline Lefebvre est à Louise Bourgouin, à savoir une piètre remplaçante pour la saison 2008-2009.

 

   Elise Chassaing, transfuge de ARTE où on l'a vue présenter sur un ton vaguement désabusé de bobo coincée le journal de la culture pendant 2 saisons est ce que l'on pourrait qualifier de pot de fleur dans le Grand Journal de Canal + : Elle est là tous les jours (en 2e partie), elle n'intervient quasiment pas et ne semble être que là que pour la déco. Déco de très bon goût j'en conviens mais vu la pauvreté de ses interventions dans l'émission de Michel Denisot, on est en droit de se demander si Elise en sait beaucoup plus en matière de cinéma que moi en matière de grands prix F1 ! (*) Mais le temps lui étant imparti pour s'exprimer est trop bref pour qu'elle puisse nous prouver le contraire. Sa direction doit sans doute être partisante de la politique du sois belle et tais toi, comme on peut souvent le constater dans les talk show des chaînes de TV dites commerciales.


   En essayant d'en savoir un peu plus sur le personnage, tapons "Elise Chassaing" dans Google... Que trouvons-nous ? Toute une liste d'articles sur la belle dans divers blogs, dénué de tout contenu littéraire mais riches en photo du pot de fleurs en tenues sexy décolletés etc. Elle se voit affublée tour à tour de fille la plus sexy du PAF, présentatrice la plus photogénique... Un bloggeur prétend même avoir couché avec elle ! ça vole au ras des pâquerettes...


   Après quelques recherches un peu plus approfondies, on apprend que la belle, originaire de Clermont Ferrand a obtenu, suite à des études de Lettres Germaniques, un DUT de journalisme en année spéciale (**) à l'IUT de Bordeaux en 2003, suite à quoi elle aurait travaillé au magazine Lyon Capitale, puis chez RFO Guyane et France 3 Régions. En parallèle avec le Journal de la Culture sur ARTE, elle a également été chroniqueuse cinéma dans l'équipe de TéléMatin et ses réalisateurs préférés sont Peter Sellers, Billy Wilder, Jim Jarmush et Michel Gondry. C'est tout ce que j'ai pu trouver la concernant, impossible même de trouver son âge ! A la rédaction du blog de Julien Petitjean nous l'estimons à 26-27 ans.


   Pour la petite histoire, Elise Chassaing était présente en 2008 au festival de Cannes pour ARTE à quelques mètre du plateau du grand journal, elle y déclara à un journaliste, que bien que le Grand Journal de Canal + fasse du people et ARTE de la culture, elle adorait le grand journal. On ne sait pas si c'est suite à cette déclaration qu'elle a été contactée pour intervenir au Grand Journal mais toujours est-il que cette année c'est sur le "Stand" du Grand Journal de Canal + sur la croisette (J'avais presque oublié que c'est bien elle qui est censée être la spécialiste 7e art du rendez-vous quotidien !).


  En supposant que cette année elle déclare adorer Martin Scorsese, figurera-t-elle en place de choix dans son prochain film, et se fera-t-elle photographier minaudant sur les célèbres marches au Festival cuvée 2010 ?

 

   La réponse dans un an...


(*) Autrement dit le néant total
(**) Autrement dit, munie d'un diplôme bac +2 (autre DUT par exemple dans un domaine proche) on a possibilité d'obtenir un DUT en 1 an.

Partager cet article

Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 19:03
   Depuis presque une semaine, le 32e Festival de Cannes bat son plein. Les plus grandes stars sont présentes, de Isabelle Huppert (présidente) à Monica Bellucci en passant par Asia Argento. De Claude Lelouch à Martin Scorsese en passant par Francis Ford Coppola. Cependant, il est un invité d'honneur qui se fait cruellement attendre, découvrez le sur cette vidéo.






Partager cet article

Repost0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 16:48

   Comme nous l'avions prédit avec regret : Patricia Kaas n'a pas gagné l'Eurovision et a terminé avec une place de 8e dans le classement qui en compte 25 (ce qui est pourtant nettement mieux que les performances de la France ces 5 ou 6 dernières années).

   Dès le début des votes, la Norvège s'est démarquée pour finir en tête loin devant ses concurrents et, cerise sur le gâteau, pulvérise le record du nombre de points obtenus par le gagnant du concours avec 385 points (*).

   Comme chaque année, ce fut un défilé de chanteurs ringards dont la kitchitude des costumes et des chorégraphies n'avaient d'égal que la vulgarité et la banalité d'une bonne partie des représentants de chaque pays, égrenant tour à tour les clichés du chanteur de charme latino, la pouf de boîte de nuit, la figurante ayant retrouvé une vieille robe des années soixante dix dans ses armoires, la grosse chanteuse jouant la diva, le sado maso ayant pour seul vêtement un casque de centurion... Il est vrai que la chanson proposée par la norvège sortait un peu du lot et méritait de gagner, tant la concurrence était inexistante. La chorégraphie associée à la chanson était, par contre, à se pisser dessus de rire.

   Pour relever le niveau et compenser l'ennui éprouvée en regardant la cérémonie dans toute son intégralité, des commentaires d'anthologie signées Julien Courbet et Cyril Hanouna, teintés d'un chauvinisme dont on devine aisément qu'il faisait parti des directives de France 3, étaient délectables. On ne citera qu'un seul exemple valant son pesant de cacahuètes, illustrant l'écrasante unanimité dont a bénéficié le gagnant scandinave, et signé Cyril Hanouna :

   "La messe est dite, moi je me sens comme un enfant aux yeux de lumière" (**)

   Merci Cyril et Julien, votre humour décalé a eu au moins le mérite de ne pas nous faire dire qu'encore une fois, on a perdu son temps en regardant cette cérémonie pitoyable.

   Par contre, triste fin de carrière pour cette pauvre Patricia Kaas, qui, convaincue de sa victoire vu son statut de véritable star en Russie, a dû tomber de bien haut voyant que le pays organisateur ne lui a même pas attribué la note maximale...


(*) Le précédent record était de 292 points
(**) En référence, pour ceux qui ne l'auraient pas compris, à la dernière gagnante française du concours. 

Partager cet article

Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 10:21
   Bien que ma compatriote (et surtout codépartementriote) Patricia Kaas ait une renommée internationale (un peu moins en France peut être) je crains qu'elle ait peu de chance de remporter l'Eurovision cette année, même si la finale a lieu à Moscou et qu'elle est une véritable star en URSS (euh... Russie).

   En 32 ans d'échec au concours, la France y a présenté de belles daubes et n'a plus jamais remporté le concours. Durant cette période, quelques titres se sont pourtant pas trop mal classés, on se souvient de Joelle Ursulle avec White and Black blues (classé 2e en 1990 et dont les paroles étaient de Serge Gainsbourg, mais rares sont les chansons qui gagnent l'eurovision pour les paroles !), et Patrick Fiori (classé 4e en 1993, inconnu à l'époque et retombé dans l'oubli encore quelques années avant de redécoller) avec Mama Corsica.

   A part eux, la plupart des prestations de nos compatriotes furent de véritables bides. Je me souviens par exemple en 1986 du groupe "Cocktail Chic" formé des 4 anciennes "Fléchettes" de Claude François et rebaptisées pour l'occasion, présentant une chanson navrante : "Européenne". Pour l'anecdote, 2 d'entre elles étaient choristes de Marie Myriam lorsqu'elle gagna le concours en 1977 !

   Plus récemment, on a beaucoup misé sur quelques espoirs montants de la chanson tels que Jonathan Cerrada, Sébastien Tellier (le Chabal de la chanson !)ou les Fatals Picards. Aucun n'est parvenu à tirer son épingle du jeu soit pour cause de chanson trop insipide, soit pour cause de décalage par rapport à l'esprit du concours, ce qui n'a cependant pas empêché les surprenants Ordi de gagner en 2006 ! Parmi les artistes français précités, un seul point commun les rassemble : Ils étaient tous persuadés de gagner le concours...

         
      André Claveau  Jacqueline Boyer       Isabelle Aubret     Frida Boccara       Marie Myriam

   Les français (du moins les membres des jurys de présélection) ont juste oublié une chose : Pour gagner l'eurovion, pas la peine de présenter un chef d'oeuvre mais au moins une chanson qui accroche à la première écoute comme ce fut le cas pour Marie Myriam avec L'oiseau et l'enfant (1977) ou France Gall avec Poupée de Cire Poupée de son (1965), qui, je le rappelle, ne représentait pas la Fance mais le Luxembourg !

   Outre Marie Myriam, les 4 autres chanteurs qui firent gagner la France au concours furent André Claveau en 1958, Jacqueline Boyer en 1960, Isabelle Aubret en 1962 et Frida Boccara en 1969 où 4 pays gagnèrent ex aequo ! (Pays Bas, Espagne, France et Royaume Uni).

   Alors que bien que Patricia Kaas y croit parce que le concours a lieu cette année le jour des 20 ans du décès d'un être qui lui était très cher et que depuis elle n'a jamais chanté à cette date, plutôt que de lui porter chance, je crains que ça ne lui porte malheur, c'est joué d'avance, tant la chanson qu'elle présente, "Et s'il fallait le faire", même bien interprétée est d'une platitude consternante.

   Espérons juste que demain nous publirons un mea culpa suite à une victoire haut la main de la chanteuse forbachoise... Pour vous faire une idée par vous même, voici le clip :


   A quand des stars de la trempe de Cyndie Sander pour représenter la France à l'Eurovision ?



Partager cet article

Repost0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 13:40
   Les débats houleux ayant accompagné le mise en place de la loi Hadopi a au moins eu l'avantage de mettre l'accent (merci Patrick Roy) sur le fait qu'Internet (notamment 2.0) regorge de jeunes (ou moins jeunes) talents prêts à émerger. C'est pourquoi, l'équipe du blog de Julien Petitjean a décidé de désormais, régulièrement vous faire part de trouvailles chez les artistes totalement inconnus du grand public et présents sur le site de téléchargement gratuit (*) Jamendo.

   Jamendo, dont je vous ai parlé à plusieurs reprises notamment il y a un an vous présentant les 3 premières pépites, puis, plus récemment à propos de la riposte graduée. Parmis les milliers d'albums présents sur Jamendo (près de 20 000 à ce jour) nous en avons aujourd'hui sélectionné 3 en souhaitant renouveler l'expérience aussi souvent que possible. Les commentaires associés aux albums n'engagent que ce blog et en aucun cas nous dénigrerons ni parlerons d'albums qui nous ont déplu. En revanche, si vous êtes sur jamendo, vous pouvez toujours nous soumettre vos productions (ou celles de vos poulains ou potes) afin qu'éventuellement, nous les présentions dans cette rubrique.

 
  Roberto BILLI
Modernamente Demode
Quand j'ai vu la pochette de ce CD de Roberto BILLI, j'étais furieux que celui-ci se soit inspiré de mon avatar sur jamendo. Après je suis redescendu sur terre en écoutant le CD. Le style musical de Roberto Billi est ce que je pourrais qualifier de "Chanson Française en Italien" tant la recette est identique au sens classique du therme, bien que mélodiquemenet on y retrouve l'âme et la richesse des mélodie traditionnelles italiennes mais avec une consistance beaucoup plus rock. Bien que ne comprenant pas grand chose à ce qu'il raconte (même en reconnaissant un mot par-ci par là), on éprouve un vif plaisir à entendre sa belle voix grave bien mise en avant égrener ses refrains. Ce type au look redingotte haut de forme propose un brillant album, pêchu et entraînant auquel je reprocherais cependant d'utiliser des sonorités un peu trop froides et parfois des effets un peu inutiles sur la voix par rapport à l'esprit du disque.



  Pornophonique
8-bit lagerfeuer
Formation allemande d'électro
pop rock. Album conceptuel tout à fait étonnant, mêlant sonorités électro, guitares folks et petits bruits électroniques de jeux vidéo, insupportables IRL (**) mais qui, grâce à cette production deviennent étonnamment agréables. L'album s'ouvre sur un morceau qui pourrait aisément devenir un tube : "Sad Robot" et qui en profite au passage pour planter le décor. Au milieu de tout un champ lexical relatif aux jeux vidéos (Space Invaders, game is over...) on est en pleine ambiguité entre l'homme et la machine et on le reste jusqu'à la fin de l'album. On croirait parfois entendre une compil de chansons de dessins animés japonnais des années 80 ! Mis à part la présence de guitares acoustiques cela fait irrésistiblement penser à des groupes tels que MGMT. Dommage que l'album ne dure que 34 minutes, mais pas le temps de se lasser, et c'est tellement bon de rester sur sa faim en attendant le prochain opus !


  Saint Jean
Allo Barjot (compilation)
Une fois n'est pas coutume, je sélectionne une compil en tant qu'album proprement dit pour vous présenter Saint Jean, artiste complètement décalé et déjanté (et c'est un euphémisme) mêlant chansons complètement déjantées souvent très courtes à des hymnes un peu plus sérieux. C'est "Sacré Jésus" qui, avec des intonnations de voix à la Yves Simon, inaugure l'album. Je dois le reconnaître, c'est ce morceau qui m'a en partie inspiré l'article La Bible prix Goncourt (rendons à César ce qui est à César). Saint Jean, en explorant des univers musicaux très différents chante sur un ton détaché pastichant parois Mickey 3D, Raphaël ou Calogero des hymnes Anti Militaires - Anti Nucléaires - Anti TV (Réalité). Sous sa plume très fine, mais acerbe, tout le monde en prend pour son grade : les mamans, le président, les drogués.



(*) "On donne ce que l'on veut" plus exactement...
(**) IRL = In Real Life, autrement dit "Dans la vraie vie" par opposition au monde virtuel.

Partager cet article

Repost0